AccueilJeux › Lords of the Fallen (2014) - Jeu vidéo

Lords of the Fallen (2014) - Jeu vidéo

Lords of the Fallen (2014)  - Jeu vidéo

Lords of the Fallen (2014) - Jeu vidéo

Jeu vidéo de Deck 13 Interactive et CI Games PC, PlayStation 4, Xbox One et 2 autres Jeu de rôle et action 28 octobre 2014

Lords of the Fallen suit Harkyn, un criminel qui va chercher sa rédemption en protégeant le monde des dieux que l'on croyait morts depuis longtemps.

Informations du fichier


Seeds : 1190
Leechs : 416
telecharger

Lords of the Fallen a été catalogué de Souls-Like très tôt dans son développement, à tel point qu’il a même été dit de lui que ce n’était qu’une pauvre copie, ne valant rien face à la véritable série de From Software. D’autant que les petits gars derrière ce jeu ne sont pas réputés pour avoir fait de bons jeux. Heureusement, une personne ayant travaillé sur The Witcher II rejoint l’équipe, ce qui peut rassurer quant à la qualité final du jeu. Il était donc enfin là, après des mois d’attentes, ce fameux Souls-like. Des tests peu élogieux, un jeu moyen, qui ressemble à Dark Souls sans jamais l’égaler, des soucis de gameplay, un produit mal fini, bref, voilà ce qu’ils ressortaient de la plupart des critiques, dont certaines ne nous apprenaient juste que dalle sur le jeu, si ce n’est que ce n’était pas Dark Souls.

Je pense qu’il est temps de rendre à César ce qui appartient à César, et de tenter de comprendre comment des gens payés pour décrire les jeux ont pu merder à ce point, écrire des torchons tout en omettant tout ce qui était important dans ce jeu. Parce que clairement, ces gens-là n’ont pas joué entièrement au jeu, ou ne l’ont pas compris, ou ils s’en sont foutus tout simplement. Bref, après l’incompréhension des tests sur Lords of the Fallen, j’écris le mien, en rappelant qu’il est ici question de mon avis, 100% subjectif.

L’histoire, puisqu’il y en a une, nous fait contrôler Harkyn, ancien taulard libéré par un dénommé Kaslo, qui lui somme de se rendre à la Citadelle pour rencontrer et sauver le Régent de l’attaque des Rhogars en débarrassant le monde des Lords. Si le pitch reste classique et qu’il ne nous réserve pas vraiment de surprises, le moins que l’on puisse dire est qu’il fait son boulot, nous racontant une histoire sympathique, faisant intervenir pas mal de personnages, certains charismatiques, d’autres non. Harkyn, notre héros, est l’archétype du badass, et se révèle plutôt attachant. Ce que j’ai bien aimé au niveau de l’histoire et du déroulement, c’est que l’on rencontre pas mal de PNJ, il y a même des dialogues à choix, qui changeront la fin selon vos choix. En outre, on trouvera pas mal de journaux audio au fil du jeu, qui enrichiront le background du jeu. Un élément appréciable, et qui font différer ce jeu des Souls. Et ce n’est pas le seul élément.

Le « Dark Souls du pauvre », comme j’ai pu le lire, se dote d’un univers bien à lui, d’une ambiance propre, que ce soit en termes de DA ou sonore. D’une part, si dans les Souls, la solitude est omniprésente, ici, ce sera moins le cas. On sait qu’il y a pas mal de personnes dans ce monde ravagé par la guerre, on en trouvera pas mal, qui nous fileront d’ailleurs des quêtes annexes, que l’on pourra refuser. On en arrive à un point qui dérange, le manque de clarté des quêtes annexes. Ici, il n’y a pas de journal de quêtes, du coup, les PNJ nous donneront des indications sur ce que l’on doit faire, et ce sera à nous de chercher l’endroit et les objets en question. L’exploration est de mise dans Lords of the Fallen, personnellement le manque de carte ou du journal de quêtes ne m’a pas spécialement dérangé. J’aime chercher, j’aime me démerder, alors certes il faut se souvenir des lieux, mais le monde n’est pas spécialement vaste, ça reste assez simple de trouver ce dont les PNJ parlent.

Le level-design est plutôt bien foutu, si plus haut je disais que le monde n’était pas hyper vaste, ce n’est pas tout à fait exact pour les zones, semi-ouvertes, regorgeant de passages étroits, de secrets à découvrir (fissures dans les murs à briser, clés à trouver pour ouvrir d’autres portes ou coffres, de même que les runes peuvent servir à ouvrir portes et coffres), c’est un réel plaisir que de se balader dans ce monde lugubre à l’ambiance dark, froide, doté d’une DA qui pète à certains endroits. C’est l’occasion de parler des graphismes, qui, s’ils sont relativement jolis, ne nous donne pas de claque. De plus, le framerate n’est pas stable, quelques bugs graphique surviennent, un peu de clipping et de tearing s’incrustent aussi. Rien qui rende le jeu injouable ou qui pénalise le joueur, mais je pense qu’un effort aurait pu être fourni là-dessus, d’autant que le jeu est full curent-gen (PS4/One/PC), donc bon. Par contre, il offre un très beau rendu d’éclairage, de particules comme la neige, la modélisation des armures et capes est bonne.

Au niveau sonore, cela reste assez classique dans les thèmes. Epiques, parfois simplement là pour aider à s’imprégner de l’ambiance, il se dote quand même d’un Main Theme très joli, qui m’a un peu fait penser au thème principal d’Avatar, le film de Cameron (on s’en fout du film, je parle de la musique), mais globalement les musiques sont bonnes. Quant à la VF absurde, ce n’est pas réellement le cas. Certes, certaines voix ne sont pas dans le trip, mais pour le coup, la VF ne m’a pas trop dérangé, alors que je suis un fervent adorateur des VOSTFR. Là, elle est moyenne. Par contre, un truc bien étrange, c’est que le jeu comme en VOSTFR lors de la cinématique d’ouverture, puis se transforme en VF quand on commence le jeu. WTF ?

Venons-en au point crucial du jeu, le gameplay. Avant de vous en parler plus en détail, sachez qu’il est ici question d’un gameplay assez riche, j’essayerais de parler de tous les aspects du gameplay et de les expliquer correctement. Simple à prendre en main, on devra choisir entre trois classes au début de l’aventure (le personnage est prédéfini), Guerrier, Clerc, Voleur. Pour ma part, j’ai opté pour le Guerrier, aimant le côté lourd et réaliste dans ce genre de jeu. Et je n’ai pas été déçu, le jeu se veut réellement réaliste dans la façon de combattre ! Le personnage, portant des armures lourdes, sera lent mais puissant, l’esquive sera très, très utile, de même que le bouclier. L’HUD est aussi connu, puisque on reconnaîtra facilement la barre de vie, d’endurance et de magie.

Pour combattre d’ailleurs, les touches sont disposées de façon classique, c’est-à-dire les gâchettes droites pour frapper avec l’arme de droite, les gâchettes gauches pour le côté gauche. La touche carrée servira à faire défiler nos objets, et la maintenir nous les fera utiliser, tandis que la touche triangle permettra de changer de façon de combattre (bouclier arme/arme à deux mains/gantelet arme). La touche cercle fera défiler nos magies et la maintenir les utilisera. Enfin, la touche croix pour sprinter (on pourra aussi le faire avec L3), esquiver, et sauter lors d’un sprint, et R3 sert à locker les ennemis. Aussi, en sprintant et en restant appuyé sur la touche L1 pour lever son bouclier, on pourra foncer sur les ennemis et leur infliger des dégâts. Une petite feature appréciable ! On pourra trouver au cours de l’aventure plusieurs armes, tels que : des dagues, des épées courtes, normales ou lourdes, des bâtons, des haches, marteaux… Bref, c’est complet de ce côté-là, on pourra trouver l’arme qui nous convient.

Au-delà des armes classiques, la magie sera un allié précieux, puisqu’on aura le choix d’utiliser une magie de soin, d’attaque et une qui nous rend plus puissant un petit moment. Le truc, c’est qu’il va falloir s’en servir à un moment précis, parce que la magie se régénère avec le temps, et au départ, on va pouvoir s’en servir qu’une fois et attendre un petit moment avant de pouvoir recommencer, il faudra pour cela augmenter la magie pour être plus performant dans ce domaine. Le gantelet, que j’ai mentionné plus haut, fait partie intégrante du gameplay, et nous rend service à plus d’un titre. De quoi s’agit-il exactement ? Et bien c’est un gantelet magique qui peut tirer des projectiles différents, que l’on choisira avec les touches directionnelles. Un projectile classique, un projectile explosif et un autre qui touchera plusieurs ennemis sur une courte distance. Il consommera aussi de la magie quand on s’en sert. Mais il pourra également nous servir à ouvrir des portes bloqué par un sceau.

Les combats sont plutôt difficiles, exigeants, foncer tête baissée sera synonyme de mort rapide, il va falloir réagir rapidement, donner des coups précis, attendre le bon moment pour frapper. S’il y a un reproche que je peux faire, ce serait au niveau du bestiaire, assez limité. On va retrouver les mêmes ennemis, encore et encore, du coup les combats perdent un peu de saveur lorsqu’on rencontre pour la centième fois le même ennemi, avec la même combinaison pour le vaincre. C’est dommage de ce point-là. D’autant qu’à certains endroits bien cloisonnés, la caméra nous fera défaut. Ça m’est arrivé rarement, et je n’ai pas été puni pour autant, mais cela reste gênant par moment.

Je parlais des Runes un peu plus haut, qui pourront servir à ouvrir des coffres, mais pas que. En effet, une fois un forgeron disponible, vous pourrez détruire ces Runes pour libérer leurs compétences, pour ensuite les incrustées dans vos armes, que ce soit pour augmenter l’attaque, donner un effet magique (poison, feu…). Détruire ces Runes vous coûtera aussi de l’expérience, et plus vous miserez votre xp, plus vous aurez de chances d’avoir des runes de meilleures qualités. Je n’ai pas réellement creusé ce système, je dois bien l’avouer, parce que c’est le genre de chose (comme le craft ou fabrication de potions), qui ne m’intéresse pas tant que ça dans les jeux, mais le fait est que ça permet d’améliorer certaines armes, j’ai dû le faire deux-trois fois à vrai dire.

Parlons un peu du système d’expérience et de mort, puisque tout est lié. En tuant des ennemis, vous gagnerez de l’expérience, mais pas seulement. A chaque monstre tué, vous gagnerez plus d’expérience grâce à un multiplicateur d’xp, ce qui est fort utile pour en avoir une tonne. Pour dépenser votre expérience, vous devez vous rendre à des cristaux, disséminés dans le monde. Ces cristaux serviront aussi à vous redonner vos points de vies, vos potions, et à sauvegarder. Vous avez ensuite trois choix en ce qui concerne l’expérience. Le premier, c’est d’utiliser votre expérience pour obtenir des points d’attributs, que vous utiliserez pour augmenter votre force, endurance, foi, agilité, etc. La deuxième possibilité est d’utiliser votre expérience pour donner des points de magies, qui serviront à augmenter vos magies. Bien sûr, vous pouvez faire un mix des deux. Le troisième choix qui s’offre à vous, c’est tout simplement de ne pas dépenser d’expérience et de retourner au combat. Pourquoi ? Parce qu’en dépensant votre expérience, votre multiplicateur d’xp retourne à zéro ! Il va donc falloir agir intelligemment, et être sûr de soi.

Parce que la mort fait partie intégrante du jeu, mourir vous ramènera au dernier cristal utilisé, vous enlevant toute votre expérience. Mais, vous pourrez aller la récupérer, ou alors s’en servir pour être plus puissant. Par exemple, vous mourrez contre un boss, vous y retournez, votre tâche grisâtre représentant votre expérience se trouve devant le boss. Vous y allez, et là, l’écran devient légèrement plus gris, vous rendant en fait plus puissant. De ce fait, vous pouvez utiliser votre tâche pour tuer « rapidement » le boss, en sachant que la tâche disparaît au fur et à mesure qu’elle se fait frapper par l’ennemi. Encore un choix que vous devez faire : reprendre votre expérience ou risquer de tout perdre (mort à nouveau ou tâche disparu) ? A vous de voir.

Il me semble avoir fait le tour du gameplay, à savoir que vous trouverez évidemment des armures (plusieurs classes d’armures, lourdes/intermédiaires/légères), des coffres et tout ce qui s’ensuit grâce à l’exploration très poussée. Les boss demanderont de la patience, parce que les combats sont assez longs, du fait que l’on doive vraiment frapper au moment opportun, un défaut pour certains, pour moi pas réellement, d’autant qu’à chaque pallier de sa vie détruit, le boss change légèrement de comportement, possède de nouvelles attaques… et une musique qui claque et qui devient de plus en plus épique au fur et à mesure du combat !

En plus du monde à explorer, vous aurez la possibilité d’aller faire un tour dans le monde des Rhogars, via des portails magiques. Là-bas, trois sortes de mondes s’offrent à vous. Un monde avec juste une arène, pour défoncer du Rhogar et avoir du bon loot. Un autre monde avec un coffre qui libère une lumière qu’il va falloir suivre tout en survivant aux ténèbres qui cachent des ennemis plus puissants. Enfin, le dernier monde sera le « QG » des Rhogars, un monde assez grand que vous devrez débarrasser des Lords qui s’y trouve. Tout cela rajoute donc de l’exploration ainsi que de la durée de vie, qui reste très correct, comptez une vingtaine d’heures sans tout faire. Rajoutez ensuite un New Game et vous pouvez compter sur le triple. De plus, la cinématique de fin ne donne qu’une seule envie : recommencer le jeu en faisant d’autres choix !

Le New Game d’ailleurs, permet de retrouver son personnage tel qu’on l’a laissé dans l’aventure, avec tous nos objets (sauf les objets de quête), nos compétences. Sauf qu’en plus de garder nos magies et compagnie, avant de commencer le NG , on nous propose de choisir une voie magique différente. Du coup, on pourra s’essayer aux autres magies sans forcément devoir faire une vraie nouvelle partie, et ça, c’est un plus. Les monstres ne seront pas aussi faibles que dans notre première partie aussi, pour garder un peu de challenge.

Un petit point encore plus personnel concerne les trophées en fait. Bien que je ne sois pas un fervent collectionneur, lorsqu’un jeu me passionne comme celui-là, j’aime bien en obtenir le maximum, voir tous. Et deux titres de trophées m’ont fait sourire, car ils font références à deux films. « Crétin de Touque » et « Nous sommes des Spartiates ». Je vous laisse deviner de quels films viennent ces citations, mais sachez aussi que pour les débloquer, il faudra accomplir les mêmes actions que font ces deux personnages… Le pire, c’est que juste avant d’avoir le premier trophée, j’ai pensé à cette scène. Voilà, une petite parenthèse pour ces deux références qui m’ont fait sourire.

Vous l’aurez compris, Lords of the Fallen est un jeu qui me tient à cœur. Ce n’est certainement pas le BGE, mais il est très loin du jeu moyen que la presse le dit. Il est bien plus qu’un Souls-like, il n’est d’ailleurs pas ce qu’il prétend être. Un subtil mélange de Dark Souls/Darksiders qui possède sa propre identité, ce qui en fait un excellent jeu. Lords of the Fallen possède un background riche, une histoire sympa, un chara-design vraiment bon et rappelant un peu Darksiders, un gameplay réaliste et lourd mais qui reste dynamique malgré tout, et encore plus selon notre façon de jouer.

Alors oui, il n’est pas parfait, certains de ses défauts ne seront pas pardonnés par certains joueurs, c’est clair et net. Même s’ils ne gênent pas spécialement en jeu, j’aurais par exemple aimé que l’aventure principal soit plus longue, que le scénario soit plus abouti, de même que le background d’Harkyn, qui est un personnage franchement intéressant. Mais au final, Lords of the Fallen demeure une tuerie, tant dans le gameplay que dans son concept. Et ça, c’est le plus important je pense.

Ces fichiers peuvent vous intéresser :