AccueilFilm › Scandale - Film (2020)

Scandale - Film (2020)

Scandale - Film (2020)

Scandale - Film (2020)

Film de Jay Roach Biopic et drame 1 h 49 min 22 janvier 2020

Inspiré de faits réels, Scandale nous plonge dans les coulisses d'une chaîne de télévision aussi puissante que controversée. Des premières étincelles à l'explosion médiatique, découvrez comment des femmes journalistes ont réussi à briser la loi du silence pour dénoncer l'inacceptable.

Informations du fichier


Seeds : 734
Leechs : 257
telecharger

Vu hier soir (12/02/20), je postillonne des remarques diverses ici avant d'encore les oublier. Macédoine (et "sushi"…) de remarques mélangées. (Déclaration d'intérêts: j'aime la série The Newsroom et ce film m'en semble un excellent épisode). Je croyais bien connaître l'histoire vraie (grâce à John Oliver et Bill Maher) mais en voir des détails à l'écran est bien plus fort.

Résumé approximatif: ___Je crois qu'en gros les 3 actrices jouent le même personnage à 3 âges différents, à 3 étapes de carrière différentes (l'arrivée, la soumission, la rébellion). Au sein d'une sorte d'Etoile Noire où un "Jabba le Hutt" (comme il dit lui-même) règne par le mentoring, la promotion, puis coercition, harcèlement, intimidation et viols. Cette ressemblance entre les 3 actrices est une sorte d'uniforme physique exigé par leur entreprise/secte. Quiconque a regardé des chaines d'infos Américaines privées sait que ce visuel est véridique.

"...seul règne le droit du plus fort, aussi bien physiquement que verbalement". ____Après le film, je tombe sur un texte sur SC au sujet des Troyennes d'Euripide:

"Tout l’intérêt des Troy-ennes est de saisir ce bref moment de transition où les dieux (…) ont abandonné la terre, et où seul règne le droit du vainqueur, le droit du plus fort, aussi bien physiquement que verbalement. (merci Di-don Elyssa)) "(…) la tragédie laisse surtout place aux lamentations des femmes victimes de la guerre (des sexes?) c’est la reine Hécube (/Nicole Kidman?), étreignant sa splendeur passée (…) c’est la rouée Hélène (/Charlise Théron?), tentant de sauver les meubles en jouant de ses charmes devant Ménélas" (/John Lithgow?) (Il a assassiné sa première épouse, et engrossé esclaves et nymphes).

Coryphee: ___J'ai adoré l'ouverture du film très pédagogique avec Charlize Theron parlant directement aux spectateurs, brisant le 44-quatrième mur. Ses explications et surtout la maquette du building TF1/Fox News est très utile et efficace. Elle nous embarque comme un employé lors de son premier jour avec son welcome pack, comme une journée découverte. Puis nous serons partie de l'action et témoin, à la façon de The Newsroom et un peu de The West Wing. Je découvre qu'elle est une sorte de Coryphee (encore merci SC&Didon Elyssa:

"dans le théâtre: faisant partie du chœur, il s'en détache pour s'adresser au public ou aux personnages en un solo, puis rentre dans le rang."

La Woke-light? ou la Collabo chez l'ennemi ...Tartuffe ou l’Impostrice?: _ J'ai encore aimé le talent de Kate McKinnon. Elle joue la lesbienne démocrate cachée au sein de l'Etoile Noire. Très bonne actrice crédible. Son personnage se révèle aussi lâche, soumise, sous l'emprise et collabo que les autres sbires du système tout en se voyant meilleure. Elle n'aide pas sa partenaire sexuelle avant des années. C'est provoquant et équilibré (contredisant certains détracteurs du films) que la LGBT friendly pro Hilary féministe est aussi lâche et collabo. Même si elle se dédouane en étant sarcastique et ironique et très woke (à la Canal et Quotidien). Au sein même de l'Etoile Noire, elle cache qu'elle est gay et démocrate. Elle a même des photos d'Hilary Clinton sur son frigo. Mais comme tous, elle collabore aussi car a besoin de son salaire: cf.: L'humour voit-il s'affronter progressiste et réactionnaire ?

Comme nous, elle est typiquement la cible de Ricky Gervaislors de ses si drôles speechs aux derniers Oscars 2020: "A superb drama about the importance of dignity and doing the right thing ...made by a company that runs sweat shops in China. So when you say you are woke, but the companies you work for...I mean... unbelievable... Apple Amazon Disney (Fox News? Netflix?) . If Isis started a streaming service, you'd call your agent. So if you do win an award tonight, don't use it as a platform."

Homophobe, harceleur, mach*iste*...même les sushis sont trop social*istes*. Aucune caricature ou exagérations: ___Je vénère John Lithgow qui même dans un épais maquillage dit 'fatsuit' reste meilleur et plus expressif que bien des acteurs. Effrayant par exemple quand ce boss Conservateur commente et se moque de la bouche du fils de ses financiers (Murdoch), il zoome avec sa télécommande sur sa bouche: _ "Dites moi que c'est pas une bouche qui a sucé des bites" (sic) Il a conseillé Reagan et Nixon dont les enregistrements réels contiennent hélas bien pire (donc aucune caricature ou exagérations là). (nb.: ces Murdoch ont sans doute servis de modèles pour les Roy/Larrabee de mon autre série favorite, Succession.)

"ET SI C'ETAIT TA FILLE?" Savannah Judy Idées visuelles (les regards mères/filles, les dominos, le cadre photo): __J'aime les scènes de regard mères/filles qui se répondent: Theron dans la voiture se demandant si elle collabore encore et reste silencieuse complice lâche mais elle jette un oeil à sa fille qui dort à l'arrière. Sa fille, nos filles, prochaines victimes? Kidman, après être allée à la soupe des années, a organisé sa défense et justice en regardant et surtout en étant regardée par sa fille (Excellente actrice même si silencieuse:Savannah Judy ).

___Autre bonne idée visuelle: on retrouve plus tard, le nonchalant fêtard fils Murdoch, le "suceur de bites"(sic), derrière un vrai bar chez eux (ils ont un Pub chez eux?). Il a sur son comptoir des dominos alignés debouts. Excellente idée visuelle: nous fait comprendre que si un tombe, tous tomberont après...puis il enlève un des dominos au milieu...donc, en cas de crash, les chutes s'arrêteront à ce niveau de la hiérarchie/structure. __J'aime l'idée du cadre photo "trop gay" caché puis remis puis recaché pour faire comprendre visuellement que rien n'a changé.

"Non, non, rien n'a changé... Tout, tout a continué... Non, non, rien n'a changé" (mais dit avec un simple cadre photo de deux coquelicopines). Cette danse des mains et du cadre se passe lors du "bref moment de transition où les dieux changent" au sommet de la Pyramide. Elle doit quand même être complété par des boites de 5 rames empilées afin que le nouveau Palpatine, ici de la planète Nabot, puisse être vu et entendu. Malcolm McDowell, de suite crédible mais encore tant sous utilisé n'a hélas pour lui pas eu besoin d'autant de maquillage pour ressembler au vrai Murdoch.

___J'adore la maison au bord de la mer avec la chambre donnant sur la plage de sable. Lors de la scène où le paparazzi vient sur la pelouse comme un chat ou chien ou une pie…

"Reste dedans" dit Théron à son Mollusque, " Il n'a pas le droit de publier si on est dans la maison". (Détail mais même les woke bobos pas hétérosexuel normé ont leur fierté: c'est la scène où le mari corrige l'info comme quoi la sieste crapuleuse 'avec maman' n'a pas été si ""courte"" que cela).

___L'affiche ne m'emballait pas: je réalise que c'est une très bonne idée. Une fois le film vu, on la comprend: c'est la même personne à 3 âges différents et 3 étapes différentes de sa carrière. Elles se ressemblent car c'est la même personne, le même moule, la même secte, la même armée:

"T'es un bon petit soldat" dit le Général Raëlien quand il viole.

Robbie est d'autant plus émouvante que son personnage est sincèrement Corporate (ce qui est rare et gâché de nos jours): ____Dans la scène de confession Margot Robbie confirme ses talents d'actrice. Mais elle est crédible bien avant. Son personnage est très sincère. Elle confie sa passion pour son métier et son cv rappelle le rôle que Nicole Kidman a déjà joué dans Prête à tout/To die for.

où "Suzanne Stone est une jeune provinciale qui rêve de devenir une célébrité du petit écran. (…) elle se consacre à sa carrière et parvient à se faire embaucher par une station de télévision locale". ____Kidman a elle déjà joué dans une version des Stepford wifes/Les Femmes de Stepford ou des maris&managers uniformisaient leurs femmes aussi. Scandale est un peu la version avec des employées. Mais leur guru n'a pas la capacité intellectuelle de faire vraiment des robots alors il ne le fait que par la violence et la coercition psychologique puis physique.

A suivre: ___Beaucoup de livres sont très visibles dans les plans dont des titres très lisibles mais je les ai oubliés à cette seconde (je ne note pas dans une salle de cinéma). Un livre notamment est filmé trois fois et semble important et exprès car à côté du fauteuil de John Lithgow lors des "réunions" à deux).

Hors-champ: ___Harcèlement: le "peu" qui est montré est déjà trop. "Levez vous! Tournez! Remontez votre jupe": c''est déjà émétique; ça donne idée de ce qui n'a pas été représenté.

Injuste envers les déambulateurs: ____Déjà dans Les Griffin/Family Guy, le pédophile a un déambulateur. Ce film sort alors que je vois Harvey Weinstein en déambulateur à la télé arriver à son procès: John Lithgow arrive à Fox News en déambulateur et beaucoup le pense donc aussi physiquement impossible de coercicion. ...ça! c'est de la propagande contre les déambulateurs! (ces Zimmer frame si utiles, eux)

Ces fichiers peuvent vous intéresser :