AccueilFilm › Tall Girl - Film (2019)

Tall Girl - Film (2019)

Tall Girl - Film (2019)

Tall Girl - Film (2019)

Film de Nzingha Stewart Comédie 1 h 41 min 13 septembre 2019

Après des années à faire le dos rond, Jodi, une adolescente de 1,85 m, se retrouve prise dans un triangle amoureux tout en essayant d'assumer ses complexes.

Informations du fichier


Seeds : 769
Leechs : 269
telecharger

Très légers spoilers de début de film : Bon, si les Romcom ne sont pas votre style, évidemment que vous n'aurez pas aimé. Sinon, laissez moi défendre un peu ce film. Tout d'abord, je suis moi même une fille de 18 ans d'1m82 donc bien évidemment ce film me touche. J'ai lu dans certaines critiques que le fait que Jody soit grande était sous exploité. Je ne suis pas d'accord du tout. Etre grand n'est ni un handicap, ni un drame, ni une malédiction : c'est une simple réalité. La fin du film le résume très bien en reprenant presque les enseignements du stoïcisme (philosophie grecque prônant l'acceptation du monde de façon rationnelle, en gros cherche pas à contrôler l’incontrôlable et tu te sentiras déjà vachement mieux dans ta vie.) Dans une RomCom Teen Movie, le personnage fait l'acquisition de la chose ou de la qualité qui lui manquait à la fin du film. Jody avait besoin de revoir sa façon de se percevoir, pas sa taille mais c'est aussi à cause de cette dernière qu'elle se sentait mal. Listons rapidement les problèmes de notre protagoniste pour y voir plus clair : elle a dû mal à créer une relation avec son père maintenant qu'elle est adolescente mais surtout très grande, ce qui inquiète son papa qui se sent dépassé. Ok, vous voyez le problème de taille ? Oui ? On continue. Elle est pas super sympa avec sa meilleure amie. C'est une ado, point, normal. Elle cherche un garçon plus grand qu'elle et ne trouve pas (ndla : je comprends, courage chouchoute) Elle se fait harceler dans son lycée par une bande d'adolescents parce qu'ils la voient comme une "freak" (= meuf chelou (traduction maison)), et enfin elle rejette constamment son meilleur ami clairement amoureux d'elle parce qu'elle craint les "qu'en dira-t-on".

Tous les problèmes de Jody sont directement ou non liés à sa taille.

Effectivement elle ne se souffre pas vraiment de son incapacité à s'asseoir confortablement dans l'avion mais elle souffre vraiment de ne pas arriver à s'accepter et à vivre avec sa différence. Sa taille n'est pas sous-exploitée, c'est juste un angle d'approche pour pouvoir envoyer aux jeunes ado public de ce film le classique message du "aimez vous comme vous êtes et les autres vous aimeront". (ce qui est loin d'être un mauvais message. On l'oublie souvent, nous adultes sortis du lycée, mais cette période est franchement compliquée.) Evidemment que le film a des faiblesses (le scénario notamment) mais je lui trouve quand même de très belles qualités qui, pour moi, suffisent à le sauver. L’élément qui m'a le plus touché est la relation entre Jody et son père qui finit magnifiquement et tout en délicatesse. J'y crois, j'aime cette réalité fragile, ces humains qui font ce qu'ils peuvent même s'ils vivent dans une baraque immense et qu'ils ont des Rich White Men's problems. L'autre grande force du film est clairement ses acteurs. Jody (Ava Michelle) est géniale mais comme le sont aussi Fareeda (Anjelika Washington) ou le père (Steve Zahn). Ils portent le film et nous font manger ce scénario légèrement pâteux, je le reconnais. Je trouve quand même que le film évite élégamment les écueils du genre. Au tout début du film après le premier baiser, j'ai eu peur de me manger un scénario type "je mens à ma meilleure amie pour qu'elle ne sache pas que j'ai dit que..." qui nous aurait mené vers un film chiant à mourir où j'aurai voulu secouer l'écran en hurlant aux personnages d'arrêter d'être si cons. Merci, Film, de m'avoir éviter ça. Résumons, le scénario est moyen mais l'histoire est plausible et à de beaux moments de justesse, les acteurs sont très bons, la mise en scène arrive à être intéressante par moment (je pense à la première scène de la bibliothèque où les couleurs sont remarquables), la bande son est pas mal, on a pas le même côté "vlan prends ma chanson dans la gueule" de Sierra Burgess is a Loser et surtout je remercie quand même Netflix d'avoir diffusé ce film pour la simple et bonne raison qu'il rendra, je l'espère, la vie plus facile à certaines grandes filles comme moi. Si un film aide ne serait-ce qu'une seule personne. C'est déjà une belle réussite, non ?

Ces fichiers peuvent vous intéresser :