AccueilFilm › Alyce Kills - Film (2012)

Alyce Kills - Film (2012)

Alyce Kills - Film (2012)

Alyce Kills - Film (2012)

Film de Jay Lee Épouvante-Horreur et thriller 1 h 30 min 22 mars 2012

Alyce, une jeune femme introvertie, essaie de consoler son amie Caroll, qui vient de découvrir que son petit ami la trompe. Les filles s'enivrent et prennent de la drogue. Intoxiquées et étourdies, elles commencent à jouer autour du toit de l'immeuble d'Alyce, mais Caroll est complètement ivre et trébuche sur le parapet et chute depuis le sixième étage. Depuis cet accident, Alyce se réfugie dans la drogue, l'abus de médicaments, le sexe jusqu'à en perdre sa santé mentale... Les nuits d'Alyce sont hantées par la culpabilité dans un monde merveilleux de cauchemars, de brutalité, de sexe, de drogues et de violence.

Informations du fichier


Seeds : 1096
Leechs : 384
telecharger

Les réinterprétations d’Alice au pays des merveilles deviennent lassantes à force, non pas qu’elles soient toutes mauvaises mais tout simplement parce qu’on sait exactement comment vont se dérouler les choses. Avec Alyce on pouvait espérer le pire pour que subitement, celui-ci nous prenne à contre-courant pour mieux nous surprendre.

Difficile de trouver un quelconque intérêt à Alyce dans sa première partie, celle-ci étant assommante et risible, voire carrément ridicule par moment. Cette jeune femme culpabilisant du décès de sa meilleure amie, qui progressivement et dans les pires clichés possibles, tombera dans la drogue et le sexe. Son plus gros souci étant ce montage sans aucune inventivité, à base de cuts très courts cherchant à nous effrayer ou nous faire ressentir une quelconque tension. Malgré quelques fulgurances visuelles et des images intéressantes, Jay Lee ne sait absolument pas où emmener ni comment diriger son héroïne qui au final ne ressemble plus qu’à une sorte de junkie nympho sans le moindre avenir.

Malgré un dealer aux réflexions intéressantes sur le monde joué par Eddie Rouse, la trame reste incroyablement plate, ne cherchant même pas à assumer son côté sexuel. Quand on mets en scène la descente aux enfers d’une jeune femme et son évolution, autant faire les choses explicitement plutôt que d’aller dans le sens contraire. On peut donc ensuite imaginer que Jay Lee se limitait car dans sa deuxième partie, celui-ci se réveille brusquement, nous proposant enfin ce que le film était censé nous vendre.

Sans la moindre raison, Alyce se mets enfin à agir et à mettre en oeuvre ses intentions et la folie dont elle est victime. Une seconde partie ahurissante tant elle mêle humoir noir et brutalité extrême avec légèreté. Je ne précise rien pour ne pas gâcher la surprise mais les différents outils qu’elle aura à sa disposition seront rudement mis à contribution pour se débarrasser de dépouilles de plus en plus nombreuses. Sanglante à souhait, cette fin mettra à contribution toute l’imagination de Jay Lee quand il est question de nous montrer de la tripaille.

Bref Alyce est finalement loin de ce à quoi l’on pouvait s’attendre. Il faudra avant tout se coltiner une première partie franchement peu intéressante voire carrément indigente pour ensuite prendre son pied jusqu’à la fin de la bobine. Ce n’est qu’à partir de là que Jay Lee et surtout Tamara Feldman montre tout son potentiel dans le rôle de la jeune fille sainte-nitouche. Mêlant parfaitement humour et gore, Alyce mérite le coup d’oeil rien que pour revoir James Duval martyrisé encore une fois dans un film. Il est vraiment regrettable que Lee se soit embourbé dans cette interprétation d’Alice dont on n’aurait bien pu se passer alors qu’il arrive à rendre son film incroyablement jouissif sur ces dernières minutes. Au prix de cinq euros aujourd’hui, il mérite quand même le coup.

Ces fichiers peuvent vous intéresser :