AccueilFilm › Rebelle - Film (2012)

Rebelle - Film (2012)

Rebelle - Film (2012)

Rebelle - Film (2012)

Film de Kim Nguyen Drame 1 h 30 min 28 novembre 2012

Komona, jeune fille, raconte à l’enfant qui grandit dans son ventre l’histoire de sa vie quand elle a dû faire la guerre dans l’armée des guerriers rebelles d’un pays d’Afrique Centrale.
Le seul qui l’aide et l’écoute est Le Magicien, un garçon de 15 ans qui veut l’épouser. Au fil des mois passés ensemble, Komona et Le Magicien tombent amoureux et s’évadent pour vivre leur amour et trouver la voie de la résilience.
Rebelle est une fable sur l’Afrique subsaharienne du 21e siècle, une histoire d’amour entre deux jeunes âmes prises au milieu d’un monde de violence, de beauté et de magie.

Informations du fichier


Seeds : 821
Leechs : 287
telecharger

Rebelle fût cette année 2013 le film d'ouverture du Ramdam Festival, un festival du film qui dérange la ville de Tournai en Belgique (proche de Lille) depuis maintenant 3 ans.

A la fin de ce film la stupéfaction et l'incompréhension m'envahirent tant le public semblait aux anges aplaudissant comme si il venait de voir LE chef d'oeuvre de ces dix dernières années. Moi, au premier rang, fatigué des journées de préparation de ce festival où j'étais stagiaire, ayant manqué de m'endormir à nombreuses reprises. Je me retrouvais à ne savoir quoi penser de ce film sinon qu'il m'avait fichtrement ennuyé.

Après les applaudissement, nous vîmes le retour de Kim Nguyen, un type dont mon seul souvenir depuis cette séance du mois de janvier 2013 fût d'avoir vu un mec marrant qui ne semblait pas avoir visionné le même film que moi.

Le sujet de Rebelle est certes éculé, les enfants soldats, mais celui-ci essaye de ne pas sombrer dans le pathos tout en s'éloignant très vite du documentaire en mélangeant croyances et magies africaines le tout raconté par un Canadien d'origine vietnamienne, vise un peu le melting pot. Sauf que le film se porte sur l'actrice principale qui joue, c'est mon avis, comme une crêpe. Jamais je n'ai eu le moindre sentiment pour elle. "Ah on lui donne une arme ? Bof. Ah elle se fait violer ? Bof." Puis, j'y ai réfléchi (ça m'arrive) et en salle je me disais qu'en fait c'était peut-être ça le but et l'aspect dérangeant... Faire comprendre aux gens qu'on banalise trop ce sujet tel le belge ou le français moyen - dont par certains côtés j'imagine que je fais aussi partie du lot - regardant son JT parlant d'un génocide "quelconque" en Afrique pour sortir en deux secondes et moins de temps pour y réfléchir : "Quelle horreur !" tout en reprenant une cuillère de son rata aux carottes et une rasade direct dans le gosier de son vin, histoire de faire passer le tout. Sauf qu'en fait non c'est pas ce qui était prévu.

Si je ne devais vous conseiller qu'une fiction de cette année du Ramdam à rattraper ce serait sans conteste le film Broken.

PS : Pour émouvoir un public deux options simples chez ma grand-mère, un petit noir ou un petit chien.

Ces fichiers peuvent vous intéresser :