AccueilFilm › Le Sentiment de la chair - Film (2010)

Le Sentiment de la chair - Film (2010)

Le Sentiment de la chair - Film (2010)

Le Sentiment de la chair - Film (2010)

Film de Roberto Garzelli Drame 1 h 31 min 29 décembre 2010

A l'occasion d'un examen médical, Héléna, étudiante en dessin anatomique, fait la connaissance de Benoît, un jeune radiologue. Partageant une même fascination pour le corps humain, ils vont céder à un amour passionnel, mais à leur façon. La faculté d'Héléna à mémoriser le corps de Benoît dans ses moindres détails, l'irrésistible curiosité de Benoît pour les secrets « intérieurs » du corps d'Héléna, vont les mener au bord d'un périlleux précipice dont ils ne mesurent pas l'étendue.

Informations du fichier


Seeds : 713
Leechs : 250
telecharger

Quelque chose se déclenche entre deux êtres particuliers Héléna et Benoit attirés par l'anatomie du corps humain et qui vont se prendre de fascination pour chaque détail de leurs corps. Comment se séduisent-ils ? à l'aide d'un IRM pour qu'aucune parcelle de leurs organes, de leurs particularités ne leur échappent. Alors s'aiment-ils, ou entrent-ils juste dans un processus d'auto-fascination presque maladive dans laquelle ils finissent par s'enfermer, un désir du corps de l'autre obsessionnel (il y a beaucoup de rencontre de la chair dans leurs rendez-vous furtifs) ?

Le film retrace "l'histoire d'amour" du couple. On ne peut pas parler d'amour mais d'attirance, presque malsaine. Il y aurait eu peut-être plus à tirer de cette belle idée car certaines scènes sont assez lentes, on a du mal à rester concentré sur le film jusqu'au bout, quelque chose sonne "faux". Le réalisateur, qui fait plonger ses personnages, ne plonge pas complètement dedans même s'il emmène ses personnages jusqu'au bout de leur folle attirance.

Finalement, ils entrent dans un chassé-croisé "fuis moi je te suis, suis moi je te fuis", jusqu'à la scène finale qui semble résumer toute cette histoire, où ce n'est pas l'autre que l'on aime mais la fascination que l'on projette en des micro particules de lui... Un sujet intéressant, peu commun, traité avec lenteur et froideur bien qu'il reste quelque chose de dérangeant dans la réalisation, comme un goût d'inachevé...

Pour résumer ce film, cet "amour", il ne nous reste qu'à citer Elena elle-même qui cite le passage d'un livre "l'amour après tout n'est qu'une curiosité supérieure..." Et c'est ça qui nous amène vers ce film et nous fait rester jusqu'au bout, notre curiosité, peut-être un peu malsaine d'ailleurs "un appétit de l'inconnu qui nous pousse dans l'orage...".

Ces fichiers peuvent vous intéresser :