#5 – Face A : Episode spécial Sardou et le cinéma

 Episode 5, dédié à Michel Sardou et le cinéma d’un côté, et Danton de l’autre ! Nous avons eu le grand plaisir de recevoir Stéphane Bouley, pour traiter de ces deux sujets, et aborder avec lui tout d’abord tout ce qui lie Michel Sardou au monde du cinéma : ses apparitions au cinéma, et les apparitions de ses chansons sur le grand écran, avec un retour conséquent et nécessaire sur la Famille Bélier !

Dans un deuxième temps, nous couvrons avec Stéphane toujours « Danton », deuxième album studio de Michel Sardou. Un disque complexe et exigeant, celui du post-Gaullisme et de la masturbation ! Rien que ça !

Nous avons décidé de vous offrir deux épisodes en même temps, et ici vous pourrez donc profiter de la face A de cet épisode, consacrée au cinéma ! Pour Danton, c’est par ici que ça se passe.

Très bonne écoute !

Bonus : la version chiptune des Lacs du Connemara

5 réponses sur “#5 – Face A : Episode spécial Sardou et le cinéma”

  1. Au sujet de la Famille Bélier, Sardou devait faire une apparition à la fin du film mais ses ennuis de santé l’en ont empêché. Sur Sardou et la comédie, n’oublions pas la très belle chanson  » L’Acteur » même si elle est plutôt dédiée au theâtre. Une question non traité dans cet épisode : Pourquoi Sardou ne s’est il jamais imposé en tant que Comédien ?

  2. Merci pour ton commentaire !
    On se pose la question à un moment, c’est difficile à dire, je pense que ce n’était pas vraiment sa priorité non plus, donc il prenait les rôles sympas qu’on lui proposait sans forcément en chercher. Visiblement c’est plutôt un homme de scène et donc de théâtre !

  3. au sujet de ‘Promotion Canapé’ : qu’est ce que vous êtes nuls! des caricatures de gros cons fragiles. Ne vous évertuez pas à critiquer des films, si vous êtes incapables de sortir autre chose que des banalités.

  4. Salut les gens.
    Nouvel auditeur, mais vieux fan de Sardou je dois avouer que cette très longue émission et surtout votre spécialiste ciné m’a un poil interloqué. Passons qu’il ne connaisse pas Mister Frost avec J. Goldblum et Alan Bates, certes qui fit un bide à sa sortie mais que tout amateur de cinéma (de genre ou pas) est un peu sensé connaitre au moins de nom… mais le pire vain avec Promotion Canapé. Un long passage à vide de 14mn. C’est vrai qu’il n’y avait pas grand chose à en dire, mais alors pourquoi avoir brassé du vent si longuement ?
    Perso je n’aime pas les films français, pourtant j’ai vu Promotion Canapé. Je l’ai pris un peu comme un « rape and revenge » (c’est un genre cinématographique qui commence par un viol) version « comique franchouillard ».
    Il est clair que le harcèlement c’est très mal, le viol c’est très très très mal et ça ne devrait pas exister.
    La guerre aussi c’est mal, oserais-je dire sans passer pour un immonde macho que c’est même pire.
    Doit on interdire pour autant la Grande Vadrouille, les Bidasses et la 7eme compagnie (on ne voit pas de meurtres, mais chacun sait qu’a cette époque il y en avait… beaucoup !) ?

    En plus, comment pouvez-vous imaginer qu’une telle brochette d’acteur puisse s’être fourvoyé dans cette honte ultime que vous semblé avoir vu ?

    Cette « critique cinéma » reflète ni plus ni moins que la mentalité actuelle qui veut que plus rien ne déborde sous peine de déclencher des « polémiques ». En 68 (je n’étais pas né) on disait qu’il était interdit d’interdire. Demain ce sera le contraire.

    Triste époque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *