#25 – L’épisode où on remet à jour le classement (et où on ne respecte rien)

Un épisode inhabituel, comme d’habitude : Julien et moi nous sommes donné rendez-vous autour d’une bonne table de restaurant pour discuter le bout de gras au sujet de notre classement des albums de Sardou.

Ce classement, établi très subjectivement sur notre préférence est consultable ici (attention spoilers ! ne le regardez qu’après avoir écouté l’épisode !) nous oblige à nous mettre d’accord, et généralement ça nous amuse beaucoup de mener ce débat. Pour rien vous cacher on a un peu emprunté l’idée aux copains de Super Ciné Battle. 

Dans la deuxième partie de l’émission on répond à quelques questions très intéressantes qu’on nous a envoyé. Et une énorme surprise à la fin !

On espère que la qualité du son sera pas trop agressive pour vos oreilles.

Et un très grand merci à BERTRAND (et non Guillaume) pour la surprise finale ! On s’excuse pour l’erreur sur le prénom 🙁

Bon appétit et bonne écoute !

4 réponses sur “#25 – L’épisode où on remet à jour le classement (et où on ne respecte rien)”

  1. « Pas de chanson sur la bouffe », directement non en effet, mais quand même, il est par-ci par-là question de « terminer en croix au bout du repas », du « bon pain » et des « huitres en Bretagne ». Ceci dit globalement, les allusions à la bouffe sont bien moins nombreuses que celles à l’alcool, et au vin en particulier (« les vins dorés du rhin », « du Bordeaux sur la table », « chez Dom Perignon », « quand je bois du champagne c’est en magnum », « entre un calva et un p’tit blanc »…

    Quant aux chevaux, ils sont quand même présents de façon récurrente : « des chevaux fous et des milliers de races humaines », « tous ces chevaux sur des rochers », « Un mariage à la campagne/Tiré par deux chevaux », le « cheval du vieux héros général Shéridan »…

    Bref, ce classement tient la route par ses extrêmités : évidemment La vieille ne peut être qu’en 1er, et évidemment Du plaisir en dernier, tant ce dernier sent la soupe consensuelle et fadasse des années Universal/Pascal Nègre/Star academy. C’est sans doute la seule fois où Sardou s’est renié lui-même, en se pliant à ce formatage de la variété pseudo-« rock » sentimentale qui l’a rapproché de Patrick Fiori, Hélène Ségara and co, à l’exception des deux premières chansons de l’album.

    J’ai néanmoins un point de désaccord assez profond sur 2 placements : la Java de Broadway et Verdun.
    La java de Broadway me semble être un bon album, mais sans plus, et en aucun cas ne mérite le podium. Des 3 « tubes » de l’album, seule la Java en est un vrai, « Comme d’habitude » étant une reprise, et « Dix ans plus tôt » une chanson sympathique mais maladroitement écrite et mauvaise sur scène. L’album compte en plus une très belle chanson, « Mon fils », quelques chansons rafraichissantes comme « Qu’est ce qu’il a dit », « Manie Manie » et « Dixit Virgile « qui sont originales mais restent deux exercices de style (réussis). Une chanson un peu ratée, « Drôle de danse ». Et trois chansons d’amour de pur remplissage : « Seulement l’amour », « Je suis l’homme d’un seul amour » et « C’est ma vie ».
    Le niveau moyen de l’album est très bon, OK, mais comment peut-on le placer 12 places au-dessus de Verdun ?? Qui compte deux des plus grands chefs d’œuvre de Sardou : « Je ne suis pas mort, je dors », et « Verdun », qui sont toutes les deux meilleures que la totalité des chansons de la Java de Broadway. Par ailleurs, « X-Ray » et « Méfions nous des fourmis » sont très originales et totalement réussies dans leur genre. L’album ne compte qu’une seule chanson purge (Qui est Dieu), mais le reste de l’album, « Carcassonne », « L’anatole », « Quand je serai vieux » (qui pourrait très bien être sur La java) et « La main aux fesses » est aussi de bon niveau moyen !

    En cette année de centenaire, faîtes un geste et remontez Verdun ! Cet album ne peut pas raisonnablement être placé derrière Musulmanes et son déluge de synthés moches et son écriture au dictionnaire de rimes (exception faite de la chanson titre) !

    1. Ahahahaha comme dit le poète « on brise les anathèmes » ! C’est vrai qu’on a peut être eu la main un peu lourde sur Verdun, je trouve cet argumentaire convaincant. Mais au final, c’est vraiment un classement du coeur qui ne se veut pas forcément une analyse, c’est vraiment basé sur « quelles chansons on va écouter spontanément » ou « lesquelles nous attirent le plus ».
      C’est profondément subjectif donc forcément ça peut heurter un peu 🙂 Mais on va permettre à tout le monde de faire son classement !

  2. merci pour cet épisode. Votre classement est intéressant car vous n’êtes pas des fans de Sardou de longue date. Pour ceux là et j’en fais partie, il est quasi impossible de placer un album de la période Revaux derrière un disque de la période post Revaux. Car à l’époque ces albums ont eu du mal à s’imposer, parce que beaucoup moins « efficaces ». Donc la place de « selon que vous serez » est surprenante pour un vieux fan, mais interessante.
    Deuxième remarque moi je mettrais quand même « etre une femme 2010 » en dernier car il est quasi inécoutable, baclée, mal écrit, mal produit… « Du plaisir » est mauvais mais il y a qd même quelques bonnes chansons mais surtout, il a relancé Sardou au niveau du style musical que l’on retrouvera sur tous les lives qui suivirent et qui sont le plus souvent trés bons. Enfin c’est mon avis…

    1. Ahhaha c’est bien vrai qu’on est pas des fans hardcore, c’est sans doute ce qui nous enlève de la pression pour faire ce podcast.

      Justement, on prépare une petite surprise pour que les auditeurs puissent établir leurs popres classements, ça devrait être marrant 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *